L’avenir de la mode est-il dans la personnalisation ?

La personnalisation de la mode ou dans d’autres secteurs a longtemps était réservée à une élite. Se différencier avait alors un prix que tous ne pouvaient pas se permettre. L’avènement de l’e-marketing a changé la donne. Cette nécessité de jouer la proximité a amené les marques à revoir leur stratégie de communication et de vente. Terminé la production de masse, l’ère est aujourd’hui à la personnalisation.

La personnalisation, uniquement dans le secteur du luxe ?

Pendant longtemps, sortir des rangs, se démarquer des autres était une exclusivité réservée à une tranche de la population plutôt aisée. La personnalisation passait par l’achat de bien coûteux, produits en petites séries auxquels il était possible d’ajouter une touche de fantaisie. En 2010, Louis Vuitton qui pourtant offrait déjà à ses clientes la possibilité de personnaliser son sac avec leurs initiales, à lancé « Mon Monogramme ». Dès lors, il est possible de personnaliser son sac avec un maximum de 3 lettres, et de deux bandes de couleur au choix parmi 17 teintes. Près de 200 millions de combinaisons possibles pour rendre les 3 modèles cultes de la prestigieuse marque de maroquinerie française encore plus exclusifs.

Dans le prêt-à-porter, la personnalisation était surtout réservée au secteur des vêtements professionnels ou des articles de sports. Aussi, veste de travail, t-shirts, sweat-shirts ou autres polos personnalisables offraient une certaine visibilité à des clubs, entreprises ou associations qui se tournaient vers des entreprises spécialisées comme Watermelon.

Après l’identification, le boom de la personnalisation

Internet n’est pas étranger à l’engouement des consommateurs pour la personnalisation de produits. Désormais plus facilement touchables notamment grâce aux réseaux sociaux, les consommateurs attendent des marques qu’elles les valorisent.

Si même les entreprises qui n’avaient pas besoin jusqu’ici de se démarquer autrement que par la qualité de leurs produits se mettent à la personnalisation, c’est parce que la demande est en forte croissance. Après avoir longtemps surfé sur la tendance de l’identification, le marketing évolue pour miser sur l’émotionnel et la personnalisation. Terminer l’époque où l’on voulait la même voiture que James Bond ou les mêmes baskets que Roger Federer, aujourd’hui se différencier signifie dévoiler sa personnalité.

Un retour aux sources, une envie de vrai qui ne touche pas uniquement le secteur de la mode, mais aussi celui de l’alimentation, de l’industrie ou des loisirs. Aussi, après la période des plats cuisinés façon grand-mère, est venu le temps des recettes de grand-mère, mais cuisinées maison ! Un retour aux sources après une époque ou l’uniformisation était devenu la norme.

Ces entreprises qui misent sur la personnalisation

L’avenir est-il dans la personnalisation ? Il semblerait que oui et les grandes marques l’ont compris. Dans le secteur automobile, la révolution est venue de Mini, qui jouant la carte de la nostalgie avec ce modèle culte, en a fait une voiture tendance qui se démarque de ses concurrentes. De même chez Fiat où avec son petit modèle la 500 ultra-personnalisable à fait exploser les ventes du constructeur. Dans l’industrie alimentaire aussi, la personnalisation est de mise. On pense notamment à M & M’s, qui avec en 2004 lance son offre My M & M’s® et permet l’inscription de messages sur ses bonbons. En 2008, elle va plus loin en lançant Faces, un système d’impression d’images à partir de photos téléchargées par les clients. L’émotionnel fonctionne et la personnalisation devient une idée cadeau à part entière bien avant même d’avoir trouvé l’objet qui sera customisé.

Côté mode, New balance, l’outsider dans le secteur des baskets qui a su se faire une place aux côtés des plus grands équipementiers, a lancé une gamme entièrement personnalisable tout comme adidas. La célèbre marque allemande aux 3 bandes nous laisse carte blanche pour créer mi Stan Smith, mi Gazelle ou mi Pureboost X. En créant lui-même son propre modèle, de la tige à la semelle en passant par la matière et la couleur des 3 bandes, le consommateur peut ainsi laisser libre cours à son imagination pour réaliser une chaussure unique et à son image.

Autre phénomène tendance, les messages humoristiques qui ont la cote et s’affichent fièrement. Les personnalités à l’image du nageur Camille Lacourt, n’y sont pas insensibles et en s’affichant avec un t-shirt « Je ne peux pas, j’ai piscine », le multiple champion du monde a vu sa photo faire le tour des médias. Dans ce cas précis, un peu d’imagination et beaucoup d’humour suffisent pour créer votre propre t-shirt sur internet. Et si vous débordez d’imagination, certains sites comme Watermelon vous permettent même de créer votre propre boutique en ligne !

Audrey